ROBERT GIRAUD: LE CLOCHARD PARISIEN

Robert Giraud

« La cloche, en argot, c’est le ciel. Sont clochards tous ceux qui n’ont que le ciel pour toit.

« Le clochard parisien a deux amours : le vin rouge et la Seine. Pour le vin rouge, il consent à faire le minimum d’efforts compatibles avec sa dignité de chômeur perpétuel. Quant au fleuve, pour le réfractaire qu’est le clodo, il a valeur de symbole. Malgré le corset de pierre de ses quais, malgré les barrages, il coule, se faufile, fuit, tenace et silencieux vers la liberté. C’est en regardant l’eau et en buvant le vin que le clochard est heureux. »

ROBERT GIRAUD (1921-1997), Le peuple des berges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s